Constant Elevation: Nathan

CONSTANT ELEVATION: NATHAN

 

Instagram:@nate_ac_        Site:https://soundcloud.com/user-70356837

OTH: Tell me your name, how old you are, and what it is you do.

N: Je m’appelle Nathan Andre-Cote, j’ai 21 ans. Je fais du DJ depuis 2 an et demi, puis c’est vraiment juste une passion. J’ai commencé ça juste pour le fun en fait parce que j’avais un intérêt par rapport à ça. Depuis le dernier 1 an et demi j’ai sorti 4 ou 5 set. Je me focus mainly sur le house, mais j’aime mélanger un peu de tout, parce que j’aime la diversité, puis la musique en général. Je mets du rap, je mets du hip-hop, puis je mélange ça avec de la house.

OTH: Tu dis que tu viens de commencer puis c'était juste pour le fun, mais est-ce que tu as quelqu'un en particulier ou un ami qui t'as dit “yo c’est sick que tu fais ça…"?

N: Oui, en fait c'était mon meilleur ami qui a acheté la table en premier, puis on a commencé à juste jouer avec sa table dans des soirées. Puis moi mon père a fait ça, il est DJ, donc ça a cliqué pour moi directement. Puis j’ai décidé de m’acheter ma propre table, puis après je ne faisais pas juste les soirées, j’ai fait chez moi, dans ma chambre sur mon bureau, puis j’ai commencé à créer mes propres trucs. 

OTH: Et ton père il a fait du DJ pendant combien de temps?

N: Il fait ça depuis qu’il a 18 ans.

OTH: Bro…

N: Et mon père à 45.

OTH: Alors ça fait longtemps qu’il fait ça. Tu veux pas emprunter son gear à lui, tu voulais absolument t'acheter ta propre table?

N: Ouais exactement. En fait, mon père était comme ma première inspiration mais un peu indirectement, parce qu'il n’est pas quelqu'un qui me parle beaucoup de ça, puis si je ne lui pose pas la question il ne me montrerait pas. J’ai toujours vu ça un peu de loin, puis il y a toujours de la musique chez moi, toujours du house et tous les styles de musique. Donc, pourquoi je dis indirectement, c’est parce qu'il ne m’a pas théoriquement montré mais juste le fait de toujours entendre sa musique, il m’a partagé son knowledge. Après quand j’ai acheté ma table j’ai demandé des petites questions puis c’est parti de là. 

OTH: Alors c'était vraiment quelque chose que tu voyais au fils des années à cause de ton père, mais c'était pas jamais quelque chose qui t’avais intéressé, quelque chose que tu voulais faire. C'était vraiment juste un jour ton ami à acheter une table et vous avez “fucked with it”, puis après ça tu as juste “picked up the hobby”.

N: Ouais, exacte, puis c’est venu chercher une partie de moi qui était toujours là que j'avais jamais explorée, parce qu'avant ça j’ai fais de la musique, mais plus classique. Gars j’ai joué dans un orchestre, donc c'était un autre truc, pas proche de la musique électronique. 

DJ NATE AC PERFORMING AT OTH, 2021

OTH: T’as joué quoi dans l’orchestre?

N: C’était un orchestre de cuivre, puis j'étais tromboniste. C’est vraiment un bon instrument. Alors j’ai fait ça, puis la batterie un peu, mais c'était un autre vibe que la musique électronique. J'écoute seulement la house chez moi, c'était vraiment où j'ai trouver intérêt là dedans. 

OTH: Est-ce-qu’il y a des artistes ou des DJs de house en particulier qui t’inspirent, ou tu t’inspires un peu de tout le monde?

N: Il y a certains artistes que j'accroche plus, mais pour vrai mon père est la plus grande inspiration.

OTH: Et ton père est-ce qu'il fait ça professionnellement?

N: Oui mais il a jamais fait carrière dedans, c'était toujours un hobby. Quand j’ai commencé il m'a dit “Music is nice but… vous ne gagnez pas votre vie avec ça.” Alors il m’a donné ça comme conseil, puis j'étais comme “Alright” alors je fait juste ça pour le fun puis on va voir, mais j’ai des projets qui viennent aussi.

OTH: 30 ans juste comme un hobby… wow. Comme oui on peut voir qu’il n’a pas fait professionnellement mais cris après plus de 30 ans il est devenu pro.

N: Ben oui, il est un pro. Mais il était toujours underground et low-key avec ça.

OTH: Est qu'il avait fait des shows?

N: Ouais il a joué dans des clubs avant.

OTH: Puis est-ce qu'il a un stage name?

N: Oui, Patrick X. Puis il a des sons sur SoundCloud, sur différentes applications. Il a même fait des playlists pour Off The Hook 

OTH: Oh for real?

N: Yeah, cause Harry and Angelo know my dad. Il se connaissent depuis le secondaire. Puis quand Harry a vu que j’ai commencé à mixer, il m'a proposé comme, "Veux-tu venir mixer au Off The Hook?” et c'était une chaîne d'événements. J'étais comme, j'ai besoin d'un job aussi puis j'aimerais mixer à ton store. So, il était comme “Do both” puis c’est comme ça que ça a commencé.

OTH: What a sick opportunity! That’s a cool story. Puis ton père, puisqu'il est ton inspiration, does he mix in the same vibe that you do?

N: Je pense que oui. Des fois on écoute nos sets ensemble, et comme on a un vibe et des inspirations complètement différentes, mais dans l'énergie tu vois qu'on a la même vision, les mêmes beats qui se répètent un peu. Mais le vibe et l’idée sont complètement différents. Comme lui il mixe seulement le house, il mix pas d’autres genres, c’est plus straight, mais moi des fois c’est un peu plus bizarre. On veut faire un truc ensemble, père et fils. 

OTH: Nice, would you say that this is something that you maybe saw as a way to get closer with your father? Cause you said when you were growing up, you didn’t really talk too much unless you had to ask him about stuff. 

N: Oui ça a vraiment aidé parce que, c’est pas le seul point en commun qu’on a mais un des gros.

OTH: A part ton père, est-ce qu’il y a d' autres DJ qui t’inspirent? Comme des gros DJ ou des DJ locaux?

N: Ben, Kaytra of course. En plus il vient de St-Hubert et moi aussi. C’est très inspirant les choses qu’il fait. Puis là maintenant il y a Apparel Wax, Folamour, pleins de DJ que je découvre tout le temps que j’admire. Mais les trois que j'ai nommé sont ceux que j'aime le plus.

OTH: Ça c'est quelque chose que je ramène à chaque discussion parce que c’est quelque chose dont j’aime bien discuter avec les nouveaux créatifs, pour voir un peu leur point de vue sur la scène créative à Montréal. La majorité du temps, il y a des gens qui disent que “Montreal is playing catch up”, mais je ne suis pas complètement d’accord avec ça, surtout en regardant les marques qui viennent de Montréal, comme New Regime. Puis, on a plein de marques dans la scène underground. Alors, pas juste dans la mode, les artistes aussi comme Kaytra, Skiifall, etc. Our music scene and our clothing scene is growing and I don’t think we’re playing catch up anymore. Toi as tu une opinion sur ça?

N: Ben je suis totalement d'accord avec toi, je trouve juste qu'on met pas assez de lumière sur ces artistes-là. Le Québec passe un peu sous le radar. Nous on le sait parce qu’on est à Montréal puis on suit tout ça, mais dans les médias ils commencent à essayer d'améliorer, mais comme Kaytranada n'était jamais félicité au Québec. Nous ne lui avons jamais donné la reconnaissance qu'il méritait. Je sais pas si c’est tabou mais c’est juste qu’on parle pas assez dans les médias traditionnels, puis on laisse un peu sur le côté mais ça vient de chez nous, il y a des gros artistes qui viennent de chez nous.

OTH: Apart de faire des mix, et je sais que ton père était plus underground, mais penses-tu que tu prendras peut-être ça plus au sérieux dans le futur ? Par exemple, si l'occasion se présente?

N: Oui, c’est ça mon plan en fait. J’ai quelque sets en bagage, j'en ai un autre qui sort bientôt, puis j’ai l'idée de ramener ça plus loin et commencer à faire mes propre beats aussi. 

OTH: Tu veux faire tes propres beat? Pas juste le DJ, tu veux être un producer aussi?

N: Oui c’est ça mon plan.

OTH: Tu l'avais mentionné que t’avais d'autres projets qui s'en viennent, veux-tu en parler un peu plus ?

N: Mon plan en ce moment c’est de sortir un nouveau set mais un qui est totalement différent de ce que je fais d’habitude. C’est un autre vibe, les BPM sont plus bas, ça sort vraiment de ma zone de confort, puis je pense que j’ai besoin de ça parce que j’en ai déjà 4 qui sont similaires un peu puis je commence à être confortable. La dernière fois que j’ai fait un pop up, j’avais fait un freestyle et à la fin j’ai utilisé des beats que je n'utilise pas normalement, et ça avait bien marcher avec les gens. Alors je me suis dit pourquoi pas en faire un set entier de ça, quelque chose qui sortirait de ma zone de confort.

DJ NATE AC PERFORMING FOR THE "AFFAIRE DE FAMILLE EVENT" AT OTH

OTH: As-tu d’autres show que tu planifies?

N: Une fois que j'aurai complété ce set, c’est sûr que je vais le présenter à Off The Hook. Je n'ai pas de date définitive, j'attends toujours de terminer le projet. Puis, cet été, j'ai noué de nombreux contacts, je me suis mêlé à tout le monde, alors je suis sûr que lorsque le projet sera terminé, je commencerai à envoyer des messages aux contacts que j'ai établis pour commencer à performer. Parce que j’ai jamais performé dans des clubs ou des bars, alors je veux plus improve ça, et me faire plus de contacts. 

OTH: Quelle est l'une des plus grandes difficultés dont tu as fait face pendant ta carrière de DJ ?

N: Rien, vraiment. Honnêtement, c'est surtout une question de discipline. Parce que même si t’aimes ça et que c’est inspirant, il faut que t'aies de la discipline. Si tu n'as pas de discipline, tu ne peux jamais “upgrade” tes trucs. Si tu ne forces pas à sortir projet après projet, ça va stagner. Donc, je pense que ça serait la discipline. Mais en général je commence à “upgrade” ma discipline, mais je suis un peu paresseux, donc oui c’est ça.

OTH: Alors juste continué à faire des nouveaux sets, continuer à faire des shows, avoir de la cohérence?

N: Ben oui parce que je vois que les gens aiment ce que je fais, moi j’aime ce que je fais, donc, il faut juste que je me push, parce que sinon ça ne va pas progresser. Comme des fois quand je reviens du travail et je me dis “ah je ne sais pas…” Mais en me fixant des date précises et des objectifs, ça m'aide.

OTH: A date, quelles sont les opportunités que tu as eu et que tu as pensé “Oh that’s sick!” Comme des événements, des shows, des contacts?

N: Quelques personnes qui m'ont vu mixer au Off The Hook ou au Parc Jean Drapeau m'ont offert des places pour me produire à l'avenir, ce qui est cool. Puis des contacts que je me suis faits, par exemple, il y a Caméus, un DJ Montréalais qui est quand même connu, que j'ai rencontré au pop up. On a échangé nos contacts et tout, puis il m'a proposé de mixer au Kapara Vintage éventuellement.

OTH: As-tu des détails à ce propos ?

N: Le projet en gros c’est que je performe avec une de mes meilleures amies, elle est chanteuse. Puis je pense que je vais faire la première partie. Alors un set de 45 minutes, probablement celui qui va sortir éventuellement, puis après elle va faire la prochaine partie avec sa guitare. 

OTH: Et elle c’est qui? 

N: Marilyne Leonard

OTH: Je sais que la prochaine question sera difficile à répondre, mais réponds comme tu le sens. Tu es DJ depuis un an et demi et tu attends ta chance pour faire une carrière. Si tu continues, comment veux-tu que les gens se souviennent de toi et de ta carrière? C’est quoi ton goal?

N: J'aimerais qu'on se souvienne de moi pour mon style, parce que la scène de la musique house n'est pas si grosse, surtout à Montréal. Le rap prend beaucoup plus de place, donc si je pouvais, j'aimerais lancer un événement comme Metro Metro mais plus axé sur la house. Mais en général, j'aimerais apporter plus de lumière à la House pour qu'elle devienne ce qu'elle est en Europe. En Europe, c'est très intense. Si j'avais un rôle à jouer, ce serait ça.

A SHORT MIX BY NATE, NOVEMBER 2021

OTH: Alors vous voulez jouer dans des club de House?

N: Ben oui. Mon rêve c’est de jouer pour Piknic. J’ai déjà envoyé mon CV mais ça n'a pas marché haha.

OTH: Hey, continue chaque année, big.

N: Haha oui, mais ils ont dit, “On a beaucoup de demande alors ça doit être nous qui reach out pour toi.”

OTH: Nous avons parlé de ton désir de jouer au Piknic et dans les clubs de House, mais as-tu d'autres objectifs ?

N: Ben à part ça, voyager en Europe et jouer là-bas, être plus reconnu. Mais right now l’objectif le plus réaliste est de jouer pour Piknic. Comme je veux faire tout step by step. Finir mes trucs, contacter tous mes contacts, mais même Piknic ça va être dans quelques années.

OTH: À part les grands noms comme Kaytra, y a-t-il des artistes locaux avec lesquels vous aimeriez travailler ? 

N: C’est une bonne question. Je commençais par un des mes ami qui est un rappeur, il s'appelle SK, aussi Marilyne, Caméus si il est down un jour. Pour l’instant c’est juste ça.

OTH: Live tu veux vraiment focus sur toi-même? 

N: Bien-sur.